LIVE RADIO

Actualités : Nationale

beji-20mars

Fête de l’Indépendance-Caïd Essebsi : La Tunisie restera un Etat à caractère civil

Le président de la République Béji Caïd Essebsi a affirmé, dans son discours prononcé, mercredi, à l’occasion de la célébration du 63e anniversaire de l’Indépendance, que la Tunisie est un Etat à caractère civil basé sur la citoyenneté, la volonté du peuple et la suprématie de la loi.

“La Tunisie restera un Etat à caractère civil tel que stipulé clairement dans l’article deux de la Constitution”, a-t-il dit.

“Il peut y avoir des avis différents sur l’interprétation de certains articles, mais d’autres sont clairs et ne peuvent être sujet à interprétation ou subir un amendement”, a-t-il soutenu.

Caïd Essebsi a expliqué que “les partis qui estiment que la Constitution a un référentiel religieux sont libres de penser ce qu’ils veulent, mais leur avis ne doit pas avoir une influence sur la politique de l’Etat”.

“La Tunisie doit préserver ses acquis qui ont été réalisés avant et après la Révolution de 2011, en particulier la liberté d’expression, le droit d’organisation et le droit de manifester”.

Il a, en outre, estimé que l’initiative prise en faveur de l’égalité dans l’héritage s’inscrit dans la cadre de l’application des dispositions de la Constitution qui consacre l’égalité entre l’homme et la femme.

Les articles de la Loi fondamentale sont exécutoires, a-t-il précisé. Ils disposent que l’Etat doit assumer son rôle dans la mise en œuvre de l’égalité entre l’homme et la femme.

Evoquant la démocratie, le président Caïd Essebsi a déclaré que la démocratie connait, aujourd’hui, une crise un peu partout dans le monde.

“Il faut éviter les dérapages de la démocratie en œuvrant à renforcer les fondements de l’Etat de droit et asseoir une presse responsable”, a-t-il relevé.

Et d’ajouter qu’en politique, il n’y a pas d’ennemi permanent ou d’amitié permanente (en allusion au différend qui l’oppose au chef du gouvernement).

Il a, dans ce contexte, insisté sur l’importance de la pérennité de l’Etat. “L’Etat est au dessus des partis (…) la continuité de l’Etat ne repose pas sur les individus, mais sur les politiques adoptées”.

“La Tunisie ne peut poursuivre son long chemin qu’à travers l’unité nationale (…) personnellement, j’ai opté pour ce choix et j’ai tenté de rassembler les partis. Mais, certains se sont retirés sans raison apparente”.

D’autre part, le président Caïd Essebsi a déclaré que le document original du protocole d’accord sur l’indépendance qui a été signé le 20 mars 1956 et dans lequel la France a reconnu la Tunisie en tant qu’Etat indépendant est conservé aux archives nationales, à l’instar de l’ensemble des documents de la Présidence de la République, et ce depuis le régime de Bourguiba jusqu’à nos jours.

Caïd Essebsi a affirmé que le document du protocole d’accord sur l’indépendance, qu’il avait lu dans son discours de ce mercredi, “ne fait pas peur comme le considèrent certains”.

Il a précisé que la Tunisie n’a pas obtenu son indépendance par la simple signature du protocole d’accord. Car, a-t-il expliqué, les appareils de l’Etat sont restés aux mains des Français tel la justice, la sécurité et l’armée qui était déployée sur tout le territoire.

La Tunisie n’a gagné son indépendance totale qu’au bout de sept ans et au prix de nombreux sacrifices consentis, a-t-il dit.

Suite des actualités

radio Rtci

Programmes et services

journaux

wideget-sport

Suivez notre page Facebook

Sondage

Êtes-vous optimiste pour l'avenir de la Tunisie ?

Loading ... Loading ...

Newsletter