LIVE RADIO

Actualités : Monde

soudan-m_5_0

Soudan : l’opposition réclame une enquête internationale indépendante

L’opposition soudanaise a réclamé, vendredi, une enquête sur la dispersion sanglante d’un sit-in de manifestants par les militaires, à Khartoum, début juin, devant le QG de l’armée.

Sadek al-Mahdi, le leader de l’opposition au Soudan, a réclamé, vendredi 14 juin, une enquête internationale sur la répression meurtrière début juin d’un sit-in de milliers de manifestants à Khartoum, après le rejet par les militaires au pouvoir d’une telle investigation.

Côté américain, le secrétaire d’État adjoint chargé de l’Afrique, Tibor Nagy, a lui aussi appelé à une enquête. « Les États-Unis sont convaincus de la nécessité d’une enquête indépendante et crédible » pour établir les responsabilités de ces « événements monstrueux », a déclaré Tibor Nagy depuis la capitale éthiopienne Addis Abeba, à l’issue d’une visite de deux jours à Khartoum.

Quelque 120 personnes tuées depuis le 3 juin

Le Conseil militaire à la tête du pays depuis la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril, a reconnu jeudi avoir ordonné la dispersion le 3 juin d’un sit-in de manifestants devant le QG de l’armée dans la capitale soudanaise.

Selon un comité de médecins proches de la contestation, quelque 120 personnes ont été tuées dans la répression depuis le 3 juin, la plupart dans la dispersion du sit-in. Les autorités ont parlé elles de 61 morts.

La répression a eu lieu après la suspension de négociations entre dirigeants militaires et meneurs de la contestation. Le Conseil militaire a dit regretter que « des erreurs se soient produites ».

« Une enquête internationale indépendante devrait être lancée » sur la dispersion du sit-in, a déclaré à l’AFP Sadek al-Mahdi après avoir effectué la prière du vendredi dans une mosquée à Omdourman, ville voisine de Khartoum.

« Il est important que l’enquête soit impartiale et qu’elle n’affiche pas de parti pris en faveur des autorités », a ajouté l’ex-chef de gouvernement, renversé par Omar el-Béchir lors d’un coup d’État en 1989.

Le parti al-Oumma de Sadek al-Mahdi fait partie de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), regroupant les principales formations de la contestation qui réclament un transfert du pouvoir aux civils.

Suite des actualités

radio Rtci

Programmes et services

journaux

wideget-sport

Suivez notre page Facebook

Sondage

Êtes-vous optimiste pour l'avenir de la Tunisie ?

Loading ... Loading ...

Newsletter